fbpx
0

Courir de nuit : quelques astuces

Courir de nuit : quelques astuces 

Les jours commencent peu à peu à rallonger, le pire est derrière nous direz-vous ! Seulement, les bonnes résolutions de cette nouvelle année vont voir fleurir de nouveaux coureurs dans les rues, parcs et forêts. Nous leur souhaitons la bienvenue dans la communauté des runners ! Profitons-en tout de même pour rappeler quelques fondamentaux pour courir de nuit en toute sécurité.        

4.7/5 - (71 votes)
courir de nuit

Courir de nuit : l’importance de bien voir 

S’il y a bien un inconvénient commun à tout être humain, c’est d’avoir une vision nocturne quasiment nulle. Les coureurs ne font malheureusement pas exception. Si vous décidez de courir de nuit, il est primordial de veiller à voir correctement. 

Entre les nids de poules, racines et autres obstacles qu’ils soient urbains ou ruraux, une excursion nocturne peut vite devenir un parcours du combattant. 

Pour éviter chutes et blessures, les équipementiers proposent de plus en plus d’outils bien pratiques pour voir où vous mettez les pieds. Au premier rang se trouve la fameuse lampe frontale. Indispensable pour les traileurs, elle n’en reste pas moins utile pour les coureurs urbains qui s’aventureraient dans un parc ou une zone mal éclairée. 

A écouter >> Comment booster son endurance cardio-respiratoire?

Il existe plusieurs modèles à l’éclairage et à l’autonomie variables. Qu’elles soient à pile ou fonctionnent avec une batterie, il est nécessaire de veiller à avoir une autonomie suffisante pour la totalité de la sortie. En effet, une fois la frontale allumée, vos yeux ne s’habituent aucunement à l’obscurité ambiante. Ainsi, en cas d’extinction, il y a fort à parier que vous ne distinguerez absolument rien. 

Certains coureurs se disent gênés par le système de la frontale, qui a la particularité d’éclairer dans la direction de votre regard puisque vous la portez autour de la tête. Il existe donc des alternatives intéressantes de lampes qui se fixent sur le poitrail. De cette façon, le faisceau lumineux reste centré sur le chemin et ne s’égare pas sur les bas-côtés à mesure que votre regard scrute les alentours. 

courir de nuit

Courir en restant bien visible 

S’il paraît évident qu’il est indispensable de voir où l’on met les pieds pour pouvoir courir, peu de coureurs ont conscience de l’importance de rester visibles. 

En effet, n’oubliez pas que vous n’êtes pas seuls (à moins de courir au fin fond d’une forêt tropicale, on s’entend bien là-dessus). Certains coureurs s’entrainent le long de routes plus ou moins fréquentées. D’autres courent dans des lieux publics fréquentés même à la tombée de la nuit. Et même si vous courez en forêt, sachez qu’il n’est jamais bon de surprendre un sanglier (je vous assure). 

Ainsi, même si vous estimez qu’il ne fait pas suffisamment sombre pour avoir besoin d’une lampe, munissez-vous tout de même de vêtements réfléchissants ainsi que de lumières clignotantes qui indiqueront votre présence. Elles peuvent être placées sur le poitrail, la tête ou dans le dos selon vos préférences. Certains produits peuvent même s’accrocher aux chaussures. Ambiance Noël garantie ! 

A lire aussi >> 5 astuces pour lutter contre l’ennui en footing

Enfin, sachez que vos lampes frontales peuvent aveugler les automobilistes qui arrivent en face de vous si l’éclairage est trop intense. Ce n’est pas votre souci me direz-vous ! Mais si le conducteur ne voit plus rien, il ne vous voit pas non plus. Nul doute que vous n’avez pas envie de finir votre entrainement le nez contre un pare-brise. Alors en cas de croisement, pensez à baisser la luminosité de votre lampe ou à l’incliner vers le sol. De cette façon vous éviterez tout risque d’aveuglement. 

courir de nuit

Courir de nuit oui, mais en toute sécurité!   

Il n’est pas ici question de faire la liste exhaustive des innombrables dangers qui guettent les coureurs nocturnes à chaque virage. Cependant, on ne peut pas nier que la course de nuit comporte son lot de risques à prendre en considération. 

Agressions, chutes, égarements (ça arrive plus souvent qu’on ne le pense), toutes ces raisons doivent vous inviter à une vigilance accrue. Il n’est pourtant pas difficile de se prémunir contre un certain nombre de ces fléaux. 

Tout d’abord, nous ne pouvons que vous recommander d’emporter votre téléphone avec vous. Si vous ne supportez pas la brassière qui vous scie le bras, sachez qu’il existe des ceintures souples extrêmement confortables pour ranger vos effets personnels durant vos sorties running. Outre le fait de pouvoir joindre qui que ce soit en cas de chute par exemple, votre smartphone peut vous permettre de vous situer grâce au GPS et de retrouver le tracé jusqu’à votre domicile si nécessaire. 

A écouter >> Sylvaine Cussot & Ludovic Pommeret – La folie de la Diagonale 2021

Pensez ensuite toujours à prévenir une personne de confiance de votre départ en lui indiquant votre parcours. Il n’est pas indispensable de lui décrire chaque rue empruntée. Il suffit de lui donner une idée assez précise de votre situation géographique et de la durée de votre sortie. Ainsi, en cas de problème, vous serez plus facilement localisable, même dans le noir. 

Enfin, privilégiez autant que possible les sorties groupées. En plus du fait d’être plus motivantes, elles garantissent une sécurité supplémentaire en cas de problème. Si les femmes auront plus facilement tendance à appliquer ce conseil, il s’adresse toutefois à tous les coureurs quels que soient leurs sexes. Jusqu’à preuve du contraire, personne n’est à l’abri d’une mauvaise chute au mauvais endroit, au mauvais moment ! 

courir de nuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top